Archive | avril, 2010

Les Nuits Botanique 2010 …

27 Avr

Bien nbcampé dans ses habitudes printanières depuis son passage en « avant-saison » des grands raouts musicaux de l’été, le festival des Nuits Botanique remet le couvert avec une formule aux airs certes déjà connus mais qui, en raison de la souplesse des nombreux accents qu’elle autorise et de la proximité culturelle naturelle qui la sous-tend, est toujours motif à satisfaction; et qui plus est, à maints plaisirs ! Plus encore cette année avec l’absence quasi totale de noms qui affolent la blogosphère où collent à la bande F.M. – effet collatéral de crise ou envolée généralisée des cachets d’artistes? – Les Nuits demeurent un événement centré sur la découverte, cultivant dans une certaine mesure, un sens de l’hédonisme musical partagé. Quatre « salles » (les reconnues Rotonde et Orangerie, un Musée transformé pour le coup en auditorium, un Chapiteau ajouté pour l’occasion) à quelques dizaines de mètres maximum l’une de l’autre dans un décor qui, épisodique soleil printanier aidant, confère au parc (inaccessible pendant les festivités) et extérieurs directs bordant le corps bâtiment lui-même les apparences d’une soirée musicale au jardin. Et pour une fois, améliorer l’ordinaire de la boustifaille festivalière devient un jeu d’enfants, y compris pour les spectateurs du Cirque Royal qui ne sont jamais qu’à un jet de pierre de là ! La programmation respecte l’habituel dosage pop/chanson/humeurs électroniques, mais avec une présence un peu plus affirmée du hip-hop, contrastant avec une musique (dite) du monde réduite à portion congrue et une toujours inexplicable case (quasi) blanche à la rubrique « expressions sonores burnées » ! Les Belges, du Nord comme du Sud, sont en nombre et ont comme chaque année droit à leurs traditionnelles « facilités » du type « 1 billet toutes salles » (le 11) où se glisseront en catimini quelques allochtones soniques! Enfin, la désormais soirée « par-delà les genres » (le 07) qui fait se rejoindre le temps d’une éphémère et unique collaboration un compositeur orienté classique et cinéma (l’Italien Ludovico Einaudi) et deux électrons libres (le violoncelliste Vincent Segal et Ballake Sissoko, joueur de kora) qui ont déjà travaillé ensemble. Quelques vieilles connaissances, un album tout chaud sous le bras, reviennent sur les lieux comme pour prendre des nouvelles d’un amis de la famille: les toujours sémillants The Tindersticks (le 13 avec Françoisz Breut), l’inusable Brigitte Fontaine (le 16) ou les sœurs siamoises Cassidy de Cocorosie (avec Efterklang le 15). On aura une petite préférence, côté rock, pour les sombres Black Rebel Motorcycle Club (le 14), les furax d’Archie Bronson Outfit (le jour d’ouverture), les rétro-futuristes classieux de Trans Am (8) et les garagistes bluesy de The Black Lips, dédoublés ce soir-là (en The Almighty Defenders, groupe composite de The BL et de King Khan & BBQ, également dans la place le 13). On gardera une oreille disponible pour les volutes de délicatesse de la harpiste Joanna Newsom (le 14), les brumes électriques de The Deerhunter (+ Dodos le 12), le lyrisme tendu de The Wolf Parade (le 16) et élégance innée de Richard Hawley (17). Entre Paul Kalkbrenner (07), Le Peuple de L’herbe (08), Chapelier Fou (09), The Chap & Cold Cave (15), une dubstep night (le 15, avec Wiley, BunZero…), Sexy Sushi (17) et Jamie Lidell (jour de clôture), les machines et guiboles n’auront, toutes tendances électroniques confondues, guère le temps de refroidir ou de s’ankyloser. Et après le doublé Speech Debelle/IsWhat?(12), l’échappée belle Casey (de La Caution, le 13), et celle, tranchante, de Baloji (17), le retour en grâce de RJ2D2 (le 14, déjà complet) et les singes toujours malins de Bonobo (+ The Field), on espère n’entendre plus personne parler d’immobilisme à propos d’un hip-hop aussi joliment diversifié et représenté. Enfin, en regard de quelques coups de cœur assumés (Gablé et Madensuyu le 09 et We Have Band la veille), on ne pourra que contenir un sourire en face de la gageuse de l’énième retour en forme (?) de la veuve Cobain (Hole, le 10), du rescapé de la vie Gil Scott-Heron (12), de la validité des résultats du MusicOmaton (qui reprend le principe du photomaton et l’applique au sampling), et … de la bonne humeur de Jean-Louis Murat (le 09 avec la fofolle Scout Niblett) !
YH.

LES NUITS BOTANIQUE
Du mercredi 07/05 2010 au samedi 16/05 – 20h – Bruxelles – Le Botanique et Cirque Royal.
Rue Royale 236, 1210 Bruxelles.
Prix: de 7  EUR à 34 EUR (tarifs moindres avec la Botacarte)
http://www.botanique.be/

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :