La Sélec n°16 – 1er mai 2011

12 Mai

selec16_logo

Fil Rouge : Toucher – Matière – Bricolage

Lorsque le premier opus de Playboy’s Bend, le bien nommé Lovetoys, est sorti en mai 2009, personne ne s’attendait vraiment à cela : Xavier Gazon avait alors plusieurs années d’expérience dans les milieux electro underground, mais ce premier album et les nombreux concerts qui en découlèrent permirent au grand public de découvrir le petit monde ultra fermé du circuit bending sous forme de pop synthétique fraîche et entêtante…

Pendant longtemps, le disque vinyle a été le seul support imaginable pour un DJ et le tourne-disque son seul instrument. Aujourd’hui, des versions numériques permettent d’imiter, à partir d’un CD, voire d’un fichier mp3, les techniques de base du platinisme, à quelques exceptions près. Toutes ces techniques ont le même objectif : toucher la matière du son, la manipuler avec les mains…

Madlib c’est l’aventure d’un sampling mosaïque au sérieux penchant psychédélique (sampledelic). Aux platines mais aussi au micro ou encore à la production, depuis ses projets solo jusqu’aux collaborations les plus diverses, il sera depuis une dizaine d’années un acteur important du milieu hip-hop en provenance de Los Angeles.

L’usine est cette évidence du paysage que le regard veut abstraire, intruse, elle épuise l’espace où elle s’évase, indésirable, nécessité tacite. Sa mise à l’écart entraîne celle de ses hommes, les efface à moitié : les ouvriers, l’usine les avale et c’est presque à la dérobée qu’ils oeuvrent, regroupés, renommés masses, bras, voix, sueurs, forces. Pourtant, voici deux documents qui donnent accès à d’autres points de vue..

Difficile d’imaginer le cinéma comme un art direct, tactile, manuel, on y pense au mieux comme un artisanat demandant une certaine dextérité. On peut se satisfaire de cette place ou essayer de donner au film une place unique, qui ne devrait plus rien à personne. Pour cela, il faut renoncer à la narration linéaire, bien sûr, mais surtout il faut s’attaquer à la matière même du fi lm, à ses matériaux, ses instruments. Il faut prendre la pellicule en main et le projecteur à bras le corps.

Suivre le « simple » enchaînement des gestes qui, correctement maîtrisés et enchaînés les uns aux autres, transforment une matière ou donnent
naissance (ou « renaissance ») à un objet c’est déjà presque une histoire, voire un scénario.

L’animation est un processus continu de digestion/régurgitation, processus dans lequel toute technique n’est jamais obsolète pour de bon, et peut revenir dans la foulée ou en regard (en négatif parfois?) d’une autre, inventée elle aussi entre-temps ou remise au goût du jour par le développement de nouveaux moyens et instruments. Ainsi au fil du temps, au « traditionnel » dessin sur papier ou cellulose, marionnettes, peinture sur papier, figures découpées et/ou pliées, pâte à modeler s’est ajoutée toute la panoplie des procédés de « grattage » ou de « nettoyage » à même la pellicule ou autres types de surfaces..

Si l’invention fait table rase du fastidieux et de l’ennui, la cuisine donne accès, entre autres, à la durée. L’invention de la cuisine ne célèbre pas l’exception, elle recherche l’essence de la cuisine. Documentariste et cuisinier amateur, Paul Lacoste connaît cette générosité de l’apprêt, l’attente non pas éprouvante, mais éprouvée, qui est accueil amoureux des aliments pas seulement dans ce qu’ils ont à offrir; saveurs, textures, couleurs, mais aussi dans ce qu’ils sont; fragilité, défauts, blessures.

Comme une seconde nature, l’œuvre d’Anselm Kiefer crée un environnement: textures donnant sur textes donnant sur images donnant sur – quoi au juste ? Un labyrinthe, un nulle part épais de matière et de vide, entre mémoire et imaginaire, individu et collectivité, visible et invisible, verbe et bruit, intelligence et sensation. Calme métal en surface, feu accidenté bouillonnant en profondeur.

Depuis qu’ils existent, les jeux vidéo symbolisent parfaitement l’interaction entre les hommes et les machines. Et si la créativité humaine dans ce domaine n’a jamais été aussi grande, la puissance des processeurs qui donnent vie à ce qui n’est à la base qu’abstraction tend hélas ! à prendre le pas sur l’originalité. Mais , en marge des généralisations aux douces senteurs du « c’était mieux avant », d’irréductibles trouble-fête préfèrent emprunter les chemins de traverse..

Quelques réflexions et interrogations autour de cette grande inconnue qui n’en finit pas de se soustraire à ce que l’on croyait savoir d’elle, par un scientifique et pédagogue dans l’âme, et, qui garde en toutes circonstances, le sens de la formule.

 Hors Fil Rouge :

Jazz

Jacques Coursil, Abdellatif Kechiche, Apichattpong Weerasethakul, Sompot Chidgasornpongse. Chemin de larmes, Vénus et Réincarnation.

John Tilbury s’écarte progressivement du répertoire classique et se rapproche des discours musicaux tentés par l’aléatoire, c’est-à-dire par tout ce qui, du non musical, vient nourrir le musical.

Soul, blues

Charles Bradley découvre James Brown en concert à l’Apollo début des années 1960.

Musique classique

Quelle belle initiative que cette intégrale de l’oeuvre concertante pour violon de Henri Vieuxtemps, grand maître de l’école franco-belge !

Chanson Française

Il y a 20 ans, le 2 mars 1991, Serge Gainsbourg tirait sa révérence. Aujourd’hui, des sorties en tous genres profitent de cet anniversaire tout rond pour effectuer l’opération marketing rêvée. Deux réalisations essentielles méritent une attention particulière car elles fouillent les dessous de cette œuvre majeure qui n’a pas fini d’étonner.

Rock, pop, electro

Seul ou presque à tenir la bride de son projet Stranded Horse, Yann Tambour continue de tracer, de miraculeuses lignes de fuite sensibles entre des parties du paysage musical que l’on pensait sans liens de parenté connus.

Politique de la dette, actualité de la guitare.

Improbable come-back du trimestre, Seefeel (en hibernation depuis 1997) nous rappelle qu’à l’aube des 1990, l’écart entre une électronique tendance glaciaire et un rock shoegaze au poudrage encore très coldwave se mesurait en miles.

Retour du duo avec cette fois une réédition de tous leurs travaux de l’année 2010, plus quelques inédits comptabilisant environ deux heures et demie de musique.

Sensation de saison de l’autre côté de la Manche, le producteur-chanteur encore vert (22-23 ans) James Blake incarne une possible « sortie » du dubstep, genre ô combien insulaire.

 Musique de Films

Tout au long de sa trop courte et néanmoins prolifique carrière, François de Roubaix n’a eu de cesse de se réinventer, apportant ainsi sa pierre au géant édifice qu’est la musique de film.

Cinema

Le film The Social Network raconte la genèse du réseau social le plus utilisé du moment : Facebook. Pourtant, difficile de croire que cet empire sans limites a vu le jour dans une chambre d’étudiants de Harvard. Il faut dire qu’à la base, le projet devait servir uniquement de réseau interne aux étudiants de cette prestigieuse université pour communiquer entre eux, montrer leur profil en vue de rencontres et d’échanges de fluides en tous genres.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :