Archive | janvier, 2013

MUSEUM NIGHT FEVER…

29 Jan

Image

Le samedi 2 mars, les musées bruxellois ouvriront pour la sixième fois leurs portes pour la Museum Night Fever, l’annuelle grande nuit des musées ! De 19h à 1h du matin, 23 musées montreront ce qu’ils ont de mieux à offrir. Attendez-vous à un programme tonitruant et novateur, mélangeant expos, musique, danse, performances, mode et workshops. Ce sera la fête dans les musées !

INFO: www.museumnightfever.be

Image

Jazz in ULB : Un partenariat de la Médiathèque ULB-XL avec ULB Culture et le Conservatoire Royal de Bruxelles

25 Jan

Image

SOLDES de 0,5€ À 2€ jusque fin janvier

25 Jan

Oserez-vous vous aventurer dans la première Solde tous risques !

 Image

Compilateur maniaque en quête de l’introuvable pièce manquante à votre marotte collectionnite connue de vous seuls, renifleur de bonnes affaires en tout genre, curieux en maraude intéressée, badaud en recherche de quelque impulsion musicale salvatrice ou de précieuses madeleines de Proust aux sensations à moitié effacées, nostalgique des objets culturels «en dur », fétichiste du roulement de CD s’entrechoquant comme des marées de dominos, ou simple amoureux de rock ou de jazz, sans œillère si possible, s’accordant volontiers un menu plaisir dans l’instant… accrochez-vous !

Des centaines de disques prélevés parmi les trésors insoupçonnés de La Médiathèque seront mis en vente au tarif exorbitant de 0.5€ à 2€ pièce !

Précaution d’usage, munissez-vous d’un bon sac à dos, d’un caddie ou, éventuellement d’une brouette.

1ère semaine 2ème semaine 3ème semaine 4ème  semaine
Du 07/01 au 13/01 Du 14/01 au 20/01 Du 21/01 au 27/01 Du 28/01 au 31/01
CD et CD-Rom
1,50 € 1,00 € 0,50 € 0,50 €
Films
2,50 € 2,00 € 1,50 € 1,00 €
Jeux Console
4,50 € 4,00 € 2,00 € 1,50 €

The Saints – « All Time Through Paradise »

23 Jan

« The Saints » est un groupe Australien qui débute en 1974. C’est un mélange de Rythm and Blues et de Rock-Garage quasiment inconnu, à cette époque, dans leur pays.

Ils se feront remarquer avec le morceau « I’m stranded » en Angleterre, en pleine vague Punk, en 1976. Ce groupe devient, donc, associé au mouvement « Punk » suite à cela.

« All times trough paradise » est un quadruple cd comprenant les  3 premiers albums et un « live » à Londres datant de 1977.

Ce cd est actuellement en dépôt à la médiathèque de l’ULB sous la référence : XS024K.

Bonne écoute, Jeff

Il y a 10 ans que François Béranger s’en est allé rejoindre ses arbres…

22 Jan

Image

François Béranger, en quelques chiffres, c’est 16 albums (dont 2 en public) en 33 ans, de 1970 à 2003 (année où il décède d’un cancer du poumon).

Il  commence dans la chanson sur le tard. En effet, il entre dans sa trente-troisième année quand il sort son album autobiographique « Tranche de vie », en 1970. C’est un homme mûr et révolté qui, après avoir subi la guerre d’Algérie et l’usine, vient nous mettre des mots sur ses révoltes et ses amours !

François Béranger n’apprécie pas beaucoup les médias qui le lui rendent bien, il passera très peu à la radio et encore moins à la télévision. Avant d’affronter les grandes salles, il jouera beaucoup dans des fêtes politiques et arrive à mener une carrière grâce à un public « marginal » qui le suit.

Durant la première période, les albums sont tantôt folk et d’autres sont plutôt rock (présence de l’excellent guitariste Jean-Pierre Alarcen qui travaillera ensuite avec Renaud) mais toujours portés par des thèmes contestataires. Fatigué, lassé de mésaventures, éprouvant le besoin de prendre du recul après 12 ans de tournées incessantes (plus de 100 concerts par an), il arrête tout en 1982.

Sept années passent… On est en 1989 et le monde change mais ne va toujours pas mieux. François Béranger ressent à nouveau le besoin de s’exprimer, d’écrire et de chanter. Et c’est reparti, avec l’album « Dure-mère », et une nouvelle équipe de musiciens. L’ambiance est plus acoustique, plus feutrée mais pas les thèmes de ses chansons. Quatre albums-studio suivront encore avant, qu’en 2003, François Béranger s’en aille rejoindre définitivement ses arbres.

Les deux caractéristiques les plus frappantes de Béranger, c’est d’un côté, sa « grosse voix » chaude et paternelle, et de l’autre, sa  pensée positive (l’esprit Béranger).  Cet « esprit » consiste dans le fait qu’on peut tout construire, tout faire… Il suffit de le construire, de le faire ! Pas seulement d’y croire !

Alors, en avant !

Jean-François Nicaise

 P.S. : à découvrir son auto-biographie 

Discographie :

  • Tranche De Vie 1970  
  • Ça doit être bien 1971
  • La Chaise 1973 
  • Le monde bouge 1974    (NB2204)
  • L’alternative 1975   (NB2205)
  • Mamadou m’a dit 1979
  • En public 1977  (intégrale vol 3 NB2206)
  • Participe présent 1978   (NB2207)
  • Joue pas avec mes nerfs 1979   (intégrale vol 4 NB2217)
  • Article sans suite 1980   (intégrale vol 4 NB2217)
  • Da Capo 1982
  • Tout le monde s’aime 1984
  • Bravo à François Béranger 1989
  • Dure – mère 1989   (NB2218)
  • Exterminator 1992   (NB2220)
  • En avant ! 1997 ou Le Cactus (NB2221)
  • En public 98 1999   (NB2222)
  • Profiter du temps 2002   (NB2224)
  • Béranger chante Félix Leclerc 2003   (NB2225)
  • Le vrai changement 3 cd + 1 dvd 2004   (NB2226)

——————————————————-

  • Compilation hommage à Béranger Tous ces mots terribles avec Mell, Thiéfaine, Tryo, Loïc Lantoine, Marcel et son Orchestre, Michel Bühler, Raoul Petite, La Rue Kétanou, Sanseverino, Tony Truant, Yves Jamait, Les Blaireaux,Jeanne Cherhal, Gérard Blanchard, Emmanuelle Béranger. L’autre Distribution, 2008   (NX4914)
  • Album hommage à Béranger Si on chantait Béranger. Avel Ouest, 2008   (NT7112)

(La plupart de ces médias sont disponibles « en dépôt » à la médiathèque de l’ULB)

Morceaux choisis, rendez-vous Matamore : une rencontre avec Guillaume Maupin. Le 9 février à 16h.

18 Jan

Image

À la découverte des artistes du label Matamore au travers de disques, de films qui les ont marqués et influencés. Ces rendez-vous prennent la forme d’une rencontre, d’une discussion accompagnée, pour illustrer le propos, d’extraits sonores et de quelques morceaux joués en direct par les musiciens. Une manière inédite de percevoir leurs univers.

La Médiathèque de l’ULB accueillera Guillaume Maupin   qui vit à Bruxelles depuis de nombreuses années. Armé de sa guitare folk, ce grand amateur de bizarreries américaines (Zappa, Beefheart, Jad Fair parmi tant d’autres) remet au goût du jour le métier de barde du village. Son album concept Around John Locke in a Day sort cet automne en vinyle, en collaboration avec le collectif de bédéistes bruxellois L’Employé du moi et le label français Saintonge.

Guillaume Maupin
Samedi 09 février 2013 à 16h
Adresse :
La Médiathèque de l’ULB-XL
Campus ULB Solbosch – Bâtiment U
Av. Paul Héger
1000 Bruxelles (situé sur la Commune d’Ixelles)
Tél : 02/647.42.07 – Mail : ulb@lamediatheque.be
Accès gratuit, réservation souhaitée

Jazz, Jazz, Jazz… Le top 2012 de Carla!

18 Jan

Image

 Wolfert BREDERODE Quartet, Meander (réf :UB7338) Musique construite, lyrique et pointilliste, d’une grande précision, sur le label ECM. Alliance entre rigueur intellectuelle et musique aérienne, qui coule de source. Magnifique résultat!

Image

Fred HERSCH, ALONE AT THE VANGUARD, In the wee small hours of the morning (réf : UH5503) Ce morceau qui ouvre l’album est tellement raffiné et teinté d’impressionnisme, qu’on croirait entendre Debussy. Fred Hersch fait preuve dans cet album d’un raffinement extrême, d’intériorité…

Image

Vijay IYER, PANOPTIC MODES, History is alive (réf : UI9848) Belle interaction entre pianiste et percussionniste omniprésent, dans une sorte d’ostinato qui soutient le pianiste. Il y a dans les compos d’Iyer une énergie constante que vient appuyer son compère saxophoniste Mahantappa. Cet album reflète les racines indiennes de ces deux musiciens, et une grande complexité rythmique dans une improvisation structurée.

Image

Anders JORMIN, AD LUCEM, Lux (réf : UJ9392) Tradition suédoise, 2 chanteuses en symbiose totale, instrumentation très sobre, totalement au service des voix. Jormin fait chanter sa contrebasse comme on a rarement l’occasion d’entendre. Dans Caerulus, basse très chantante et très beau solo de sax, suivi d’un très beau morceau instrumental uniquement.

Image

Brad MEHLDAU Trio,  WHERE DO YOU START (réf : UM4239) Même quand il s’attaque uniquement aux  « covers », comme sur cette compil où il reprend notamment le célèbre « Hey Joe », Brad Mehldau s’approprie les morceaux qu’il interprète, les personnalise, avec sa façon bien à lui de passer imperceptiblement la mélodie d’une main à l’autre, créant ainsi une atmosphère aérienne. Avec son trio, il parvient à allier subtilement l’art du trio jazz avec l’harmonie classique raffinée de la fin du 19è siècle français et celle de chanteurs folk, pop et rock, comme les Beach Boys et Jimmy Hendrickx, mais aussi Nick Drake et Sufjan Stevens.

Image

Giovanni MIRABASSI, ADELANTE !, Le Déserteur (réf : UM6170) De ce bouquet de chants de révolte du monde entier, il faut écouter « Le Déserteur », dont il nous rend ici une très belle interprétation, digne du titre de Boris Vian, c’est une petite perle.

Image

PORTICO QUARTET, PORTICO QUARTET, Steepless [feat. Cornelia] (réf : UP7671) Comment résister à cette petite voix légèrement granuleuse, venue du Nord, dans une composition très sobre. La voix de Cornelia est d’abord accompagnée uniquement de percussion, l’orchestration électro s’élargit ensuite, augmente en intensité, pour retomber aussitôt en quelque chose de minimaliste. Beaucoup de recherche sonore dans cet album, notamment grâce au « hang », instrument de percussion suisse encore peu répandu, sorte de couvercle métallique en forme de cloche, à sonorité très recherchée. Ce groupe anglais, qui en est à son troisième album, n’a pas fini de faire parler de lui.

Image

Trygve SEIM & Andreas UTNEM, PURCOR, Kyrie (réf : US2487) Norvégien, Trygve Seim n’a pas échappé à l’influence de Garbarek. Le piano est en fusion totale avec le saxophoniste, dans une sonorité feutrée, sans heurt, idéal pour se réveiller doucement et progressivement le matin. C’est une musique méditative, évoluant en nappes sonores.

Image

Gwilym SIMCOCK / GARLAND / SIRKIS, Lighthouse (réf : US4510) Ce trio sans basse remplit l’espace de façon spectaculaire, presqu’à la manière d’un groupe « fusion ». Le rôle de la basse est partagé très efficacement entre le pianiste et le percussionniste. La présence du « hang »renforce la sonorité particulière du trio, ajoutant une couleur exotique. Les trois musiciens donnent ici un résultat d’une cohésion exceptionnelle, malgré leurs très fortes personnalités réciproques.

Image

Kenny WERNER, NEW YORK LOVE SONGS, Ground zero (réf : UW4277) Rêveries citadines « post 11 septembre » empreintes de nostalgie, élégantes et expressives.  Le titre « Ground Zero » fait penser au prélude de Debussy « La cathédrale engloutie », par ces accords en parallèles, typiques. L’album entier se laisse entendre sans effort, mais mérite d’être écouté attentivement. Chaque note, chaque accord est choisi scrupuleusement : dans la lenteur, on ne peut se permettre le bavardage, on ne joue que l’essentiel, la note juste.

 

Carla

%d blogueurs aiment cette page :