Le top « light » 2012 Hip-Hop & R’n’B de Yannick

11 Jan

Image

1 EL-P : Cancer for Cure (réf : KE4004)  Dire  qu’on  attendait  EL-P  et son nouvel album au tournant n’est pas exagéré,  en effet, son dernier véritable album ‘I’ll Sleep when You’re Dead’ paru en 2007 avait placé la barre très haute et ajoutons qu’en en peine  5  ans le Hip-Hop à vécu plusieurs fortes évolutions, le Bedroom Rap  a fait son coming out, le Cloud Rap est aujourd’hui omniprésent et les  vétérans  sont  dans  pas mal de cas à la traine. Mais il n’en est rien  pour  l’ancien  membre  de  Company  Flow  et patron du désormais dormant  Definitive  Jux  qui  se plaçait déjà en outsider au début des années  2000, et il confirme cette position avec son ‘Cancer For Cure’, un  album  hors  norme,  violent et viscéral dans lequel EL-P se glisse dans  la  peau  de  nombreux personnages, un homme qui bat sa femme, un militaire  ou  encore  un  dealer,  le  tout  en  adoptant une attitude confessionnelle  et  auto-analytique.  Il y peu d’invités mais ils sont remarquables,  Killer  Mike  et  Despot assurent les seconds rôles avec talent  tandis  que  la  hype  du moment Danny Brown et l’excellent Mr. Motherfuckin’ Exquire sont présents sur ‘Oh Hail No’. (PTH)           

http://www.youtube.com/watch?v=LIEGeGAKNrE

 

Image

2 Death Grips (The) Money Store (réf : KD2265) The  Money  Store  est  le  second album du trio américain Death Grips. Après   l’énorme   succès   rencontré   par   leur   première  parution « Ex-Military » parue d’abord numériquement puis sur vinyl et cassette en 2011,  le trio signe un contrat avec le label Epic et annonce la sortie de  deux  albums  pour  2012. Death Grips est formé du rappeur/chanteur Stefan  Burnett,  du  producteur Andy Morin et du batteur Zach Hill que l’on  a déjà entendu au sein de Hella, des Boredoms [etc…la liste est longue].  Ensemble  ils proposent une musique profondément antagoniste, n’hésitant  pas  à  saturer  l’espace  d’écoute  à  l’aide  de  samples sauvages,  de  rythmiques  qui tiennent  autant du Rap que du Métal et surtout  la voix grave et la diction rugueuse du rappeur qui vous fonce droit dessus comme un taureau lancé à toute allure. Mais loin de n’être qu’une décharge d’énergie et de rage, ce Money Store est aussi un album extrêmement  bien  construit  qui nous éclate entre les mains mais sans nous  mettre à l’écart, bien au contraire, la tension est communicative et  nous  emmène  dans  un  univers  où  il  ne  nous  reste  plus qu’à participer, ou abdiquer au risque de se faire écraser. (PTH)

          

http://www.youtube.com/watch?v=sticXkHxZC4

 

Image

3 Theesatisfaction Awe Naturale (réf : KT3665)  ‘Awe  Natural’  est  le  premier  album  de  Theesatisfaction,  duo  de  chanteuses  /  rappeuses  que  l’on a déjà eu l’occasion d’entendre sur l’excellent  ‘Black  Up’ [KS1322] de Shabazz Palaces. Pour leur premier  album  qui  parait  sur  le  label américain Sub Pop, le duo parvient à  fusionner   ses   envies   de   groove  entêtant  et  de  psychédélisme afro-futuriste.  Des boucles de claviers et de percussions se croisent, se prolongent puis s’arrêtent brutalement, créant une musique à la fois confortable  puisqu’inscrite  dans  une  tradition  Soul mais également contemporaine  de  part  la  méthode  de  travail et la fraicheur de la  démarche.  On  sort de ce disque ébloui et énergisé par tant de liberté et  de  sensualité au service du renouveau et de la fusion des musiques noire américaine. (PTH)                                                

http://www.youtube.com/watch?v=qGWFBt_IPOg

 

Image

4 Bigg Jus Machines That Make Civilization Fun (réf : K22220 cote provisoire)  Le troisième album de Bigg Jus tire le meilleur de ses expériences en solo comme de la récente reformation de son trio Company Flow, confrontant ses angoisses et sa désorientation au chaos de la société américaine et à cette politique de déshumanisation galopante qu’aucun gouvernement ne semble vouloir enrayer.

Fin prêt pour tirer la bourre à son compère El-P, dont le très attendu Cancer For Cure prévu fin mai avec une pléiade d’invités d’horizons variés s’annonce nettement plus inégal au fil des premiers extraits dévoilés, le rappeur de Company Flow n’en a pas pour autant oublié ce goût pour les expérimentations déconstruites inspirées du jazz et de J Dilla qui avait présidé à la version pré-11 septembre de son premier essai Black Mamba Serums, réenregistré trois ans plus tard pour le label Big Dada, filiale hip-hop de Nina Tune juste avant le virage soul du plus lyrique et convenu Poor People’s Day.

Ainsi des quasi éthérés Empire Is A Bitch, Hard Times For New Lovers et Polymathmatics qui entre deux morceaux plus pesants aux beats martiaux et oppressants laissent planer un espoir nébuleux sur l’avenir de l’homo modernus, tandis que le titre éponyme voit le flow en roue libre du MC new-yorkais résister tant bien que mal aux déferlantes d’une batterie aussi free que belliqueuse sur fond de nappes désespérées.

Mais ce sont peut-être Samson Op-Ed et Kush Star Catalog qui symbolisent le mieux ce Machines That Make Civilization Fun  ironique et néanmoins sincère à en crever, dans son acharnement à humaniser l’implacable débit machinique des instrus et des samples, un effort désabusé dans lequel Bigg Jus jette ses dernières armes jusqu’à trouver l’équilibre parfait entre expérimentation et efficacité. Brillant.

Quant à l’excellent label français Laitdbac(Alpine Decline, Lexicon…) qui distribue l’album de notre côté de l’Atlantique (Mush se chargeant des USA), il nous offre même de prolonger l’aventure via Spotify avec deux remixes du single Black Roses, le premier par Bigg Jus et El-P réunis comme au bon vieux temps en mode plus électronique mais toujours aussi rentre-dedans, tandis que l’inimitable Thavius Beck nous en livre fidèle à lui-même une version schizophrène et crépusculaire à souhait.(Mowno)

http://www.youtube.com/watch?v=EgRPcW21QyM

 

Image

5 Serengeti C.A.R (réf : KS1251) Serengeti  sort  en  Aout  2012  son  nouvel  album C.A.R. sur le label Anticon  qui  avait  déjà sorti son excellent précédent album ‘Family & Friends’  [KS1249]. Suite logique mais pas ennuyeuse, C.A.R. propose un Abstract Hip-Hop  teinté  de  Pop sur lequel Serengeti vient poser son flow lent et faussement blasé. (PTH)                                  

http://www.youtube.com/watch?v=V2r08dFKWQY

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :