Prokofiev, sonates pour piano n°6, 7 et 8 par Denis Kozhukhin

8 Mai

Image

Le jeune lauréat du Concours Reine Elisabeth 2010 nous propose un enregistrement des sonates dites « de guerre » de son compatriote.

En 1936 Prokofiev revint avec sa famille s’installer  à Moscou après 18 ans passés à l’étranger. Nul ne se rendait compte qu’au même moment Staline instaurait la « Terreur » purge massive de l’intellingentsia soviétique durant laquelle de nombreux artistes, amis du compositeur, disparurent.

Dans ces trois œuvres composées entre 1937 et 1941, soit avant l’entrée en guerre de la Russie, Prokofiev retrouve son style percutant et acide des années précédant la révolution , sa toccata de 1912 en est un parfait exemple.

La 7ème sonate est certainement la plus connue des  trois grâce, entre autre, à son dernier mouvement « precipitato ».  Kozhukhin a adopté un ton moins mordant , plus lisse qui laisse un peu sur sa faim.

On comparera cette version à celle de Yefrim Bronsman  (EP9146) véritable combat entre l’homme et son piano traduisant par sa brutalité maîtrisée l’appréhension de l’avenir.

Image

Véronique Broes

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :