Archive | Documentaire RSS feed for this section

Mr Brainwash : le Guetta du street art

7 Avr

Docu-reportage à propos de la réussite d’un « petit Français » qui décroche la timbale du « grand rêve américain » ou un « mockumentary » sur les dérives du marché de l’art actuel ? Troublant.

tgLa première partie distille un petit goût de déjà-vu télévisuel. Une caméra atteinte de bougeotte caractérisée file le train d’un quarantenaire à la douille sympathique et plutôt bonhomme. Un envahissant commentaire façon téléréalité en surplomb se répand en détails inutiles et retire illico au spectateur la plus petite velléité d’anticipation. Thierry Guetta est un Frenchy visiblement débrouillard, car, débarqué à Los Angeles à la fin de son adolescence avec son enthousiasme pour seul bagage, il y a fait souche et semble avoir eu la baraka en affaires, notamment dans la récupération de vieilles nippes qu’il refourgue à prix d’or. « Sa face cachée » est celle d’un homme qui ne lâche jamais sa caméra, mitraille tout ce qui se présente à portée d’objectif et accumule des tonnes de pellicules sans personne pour les visionner ensuite. Ses pérégrinations filmiques l’amènent sur le champ de l’art ou du street art où son cousin (pseudo : Invader) s’est fait un nom, une signature. Un « art urbain » qui, par-delà de ses caractéristiques techniques et esthétiques propres (motifs reproductibles, recours abondant au graffiti, pochoir, installations et stickers), son éphémère, mais évidente prolifération (touche les mégalopoles du monde entier à la manière des tags), a fini par générer un « buzz » rapidement converti en un business lucratif, et possède évidemment ses chefs de file. Parmi eux, le mystérieux Banksy (identité inconnue, visage caché et voix trafiquée à l’écran) que le chanceux Guetta a l’occasion de rencontrer et même de convaincre de se laisser filmer, ainsi que d’autres porte-étendards du street art.

Et Exit Through the Gift Shop d’opérer un basculement radical de perspective qui voit l’artiste anglais, après visionnage de Life Remonte Control – condensé « irregardable » de la montagne de matière brute accumulée par Guetta, s’emparer à son tour de la caméra et consigner, l’abracadabrante métamorphose d’un touche-à-tout en valeur montante de l’art urbain. « MrBrainwash », pseudonyme artistique (c’est la règle) de Guetta, se révèle un élève zélé qui semble dépenser plus d’énergie à promotionner un travail « en chantier », qu’à se risquer à un début de théorisation de celui-ci (et que les mauvaises langues résument à une resucée appliquée du style Banksy matinée de tics « warholiens »). C’est que vidé de sa charge critique et de son acidité humoristique « so british » (Banksy a imprimé des livres sterling à l’effigie de Lady Di), apprivoisé dans un espace clos, et présenté le nez creux à une presse qui compte comme « The next big thing », le street art de MrBrainwash s’avère bien vite un commerce des plus juteux, avec à sa tête, un petit patron toujours attachant, mais déjà si mégalomane.

Entouré de ses nouveaux amis – figures médiatiques de premier plan, collectionneurs fortunés et journalistes d’art – MrBrainwash / Thierry Guetta incarne à merveille la dérive monétariste et la perversion / récupération d’un art raccord à son époque, et destiné au départ à réinvestir, même provisoirement, l’espace public, en particulier ses interstices les plus dépersonnalisés.

Enfin, même si une pointe d’ambiguïté demeure quant à la vraisemblance de l’identité artistique de MrBrainwash, ce qu’une pochette d’un disque de Madonna réalisée en 2009 par ses soins et un procès intenté par le photographe Glen Friedman tendraient finalement à accréditer, c’est davantage dans l’originalité du parcours d’un épigone artistique doté d’un sens inné de l’opportunisme qui recueille les dividendes rarement octroyés de gloire et de richesse promis par le grand rêve américain que se niche l’intérêt principal d’Exit Through the Gift Shop. Instructif.

Yannick Hustache

EXIT THROUGH THE GIFT SHOP – (FAITES LE MUR) – DVD ­ FAITES LE MUR – (EXIT THROUGH THE GIFT SHOP) – DVD – TC3251

Pochette TC3251.

Où emprunter, détails…

selec21

Publicités

« Kathleen Ferrier », un film de Diane Perelsztejn

14 Mar

A l’occasion de la sortie du film de Diane Perelsztein « Kathleen Ferrier », retrouvez une sélection de médias autour de l’une des plus grande contraltos du XXème siècle.

Kathleen Ferrier (1912-1953) est entrée au panthéon de l’art lyrique. Entrée en musique par hasard, son timbre reconnaissable entre tous la propulsa très vite sur le devant de la scène. Sa mort à 41 ans acheva de construire la légende de la plus célèbre contralto dramatique. Aujourd’hui encore ses interprétations de Gluck, Bach ou Purcell restent des références pour de nombreux mélomanes.

Petite sélection de titres parmi ceux que nous présenterons dans notre médiathèque du 15/03 au 15/05 2012 :

FERRIER – WHAT IS LIFE ? – GLUCK, HAENDEL, MENDELSSOHN, …
LIVING ERA RECORDS.
Classement Musique classique, Récitals, voix, instruments, orchestres, documents, GC4460

ORFEO ED EURIDICE
Christoph Ritter von GLUCK
NIGHT & DAY, 1951.
Classement Musique classique, Époque baroque (1600-1750), BG5797

THE RAPE OF LUCRETIA
Benjamin [Lord] BRITTEN
GALA, 1981. Enregistrement 1946.
Classement Musique classique, 20ème siècle (1900-1950), EB8868

Premier volet de la rencontre avec Anne Lévy-Morelle à la Médiathèque de l’ULB pour ses Epopées Authentiques : Le rêve de Gabriel

13 Mar

Anne Lévy-Morelle est réalisatrice de films et professeure en Elicit à l’ULB. Elle est à la base des Epopées authentiques, des films au-delà du documentaire. Elle est venue les raconter à la Médiathèque de l’ULB.


Histoire de Savoir s’est également invité à cette rencontre, dont voici le premier volet. Anne Lévy-Morelle présente la première de ses épopées authentiques, Le rêve de Gabriel.

Ecouter Histoire de Savoir

Rencontre avec Anne Lévy-Morelle, le mercredi 7 mars 2012 à 12h00

17 Fév

Une épopée authentique : un cinéma qui obéit à la fois à la loi des historiens, par son côté documentaire, et à celle des conteurs, par la singularité de son écriture. Une rencontre avec Anne Levy Morelle, réalisatrice notamment du Rêve de Gabriel, pour comprendre ce genre documentaire, pour parler des ses films aussi, comment ils sont nés. Le tout à la lu-mière de quelques extraits.
www.epopees.be

Adresse :
La Médiathèque de l’ULB-XL
Campus ULB – Solbosch
Bâtiment U – Av. Paul Héger
1000 Bruxelles (situé sur la Commune d’Ixelles)
Entrée gratuite, réservation souhaitée
02/ 647.42.07 – ulb@lamediatheque.be

%d blogueurs aiment cette page :