Archive | Nos rendez vous RSS feed for this section

DE LA CONTRE-CULTURE AU NOUVEL HOLLYWOOD : 15 ANS DE CINEMA AMERICAIN (6 séances)

31 Août

Image

Analyse de film, par Olivier Lecomte*

De 1967 au début des années 80, le cinéma américain a connu l’une des périodes les plus stimulantes de son histoire. The Graduate, Easy Rider, Midnight Cowboy, M.A.S.H, The Strawberry Statement témoignent des bouleversements culturels et sociaux qui agitent la société : contestation étudiante, mouvement pour les droits civiques, pacifisme. Apparaît ensuite une nouvelle génération de réalisateurs issus de l’université: Coppola,  Scorsese, Spielberg… qui vont révolutionner Hollywood. Retour en six séances sur un véritable âge d’or.

 

2/10 : Un cinéma novateur sur fond de crise des studios

Dans les années 60, Hollywood vit une crise économique profonde qui met fin à l’âge d’or des studios. Mais on assiste aussi à l’émergence de films qui témoignent des changements de mentalité (flower power, mouvement féministe, mouvement pour les droits civiques, manifestations pacifistes). Ces films remettent en cause le système et la narration classique, en intégrant notamment les apports européens, ceux des nouvelles vagues française ou anglaise.

9/10 : Une jeunesse rebelle

Bonnie and Clyde, Easy Rider, The Strawberry Statement… Les films se mettent à refléter les interrogations et la révolte de la jeunesse de l’époque même s’ils aboutissent souvent à des constants d’échec. Et le spectre de la guerre du Vietnam se lit entre les plans de M.A.S.H, Johnny Got His Gun ou du western Little Big Man.

16/10 : Influences européennes

Chronologie bousculée, intériorisation du récit, relecture des genres et entreprise de démystification sont au coeur du Midnight Cow-boy de John Schlesinger ou du Point Blank de John Boorman. Ces réalisateurs européens venus travailler aux Etats-Unis apportent avec eux un cinéma travaillé par la modernité et vont influencer leurs homologues Américains.

23/10 : Coppola le visionnaire

Lancé par Roger Corman, Coppola rêve d’un cinéma qui prendrait le meilleur d’Hollywood (ses moyens techniques, sa formidable puissance organisationnelle…) mais mettrait ce savoir-faire au service des réalisateurs. Le plus impliqué sur le plan collectif, il crée en 69, avec l’aide financière de la Warner, un studio alternatif, American Zoetrope. Il chapeautera même, à ses débuts, George Lucas pour THX 1138.

6/11 : L’enfer urbain de Scorsese

Avec Mean Streets, il a fait connaître Little Italy, le quartier italo-américain de Manhattan, et donné un visage à une minorité ethnique jusque-là peu représentée au cinéma. Mais c’est avec le controversé Taxi Driver, «l’histoire d’un homme qui se déplace à travers la ville comme un rat dans un égout» selon les termes du scénariste Paul Schrader, qu’il connaît la consécration en 76 et récolte la Palme d’or au Festival de Cannes.

13/11 : Spielberg, de Duel à Jaws

Antihéros ou héros malgré eux, univers quotidien se révélant subitement menaçant, pointes de critique sociale, interrogations existentielles: à ses débuts, le cinéma de Spielberg prolonge celui des sixties. Mais il y ajoute une dimension spectaculaire, bigger than life (pour preuves, le camion fou de Duel ou la cohorte de voitures de police qui chassent le couple en fuite de Sugarland Express). Et avec le requin tueur de Jaws, il ouvre la voie, pour le meilleur et le pire, à l’intégration des movie brats dans le système et au cinéma de pur divertissement des années 80.

 *Licencié en philosophie,  critique pendant vingt ans à (Télé)Moustique,  Olivier Lecomte a dirigé le supplément belge du magazine Studio, collaboré à l’émission Télécinéma de La Une et a écrit pour Cinergie, L’événement, Dimanche Matin, Le journal du mardi, Gaël… Il a assuré le cours d’esthétique du cinéma à l’école de photo et vidéo Agnès Varda de la Ville de Bruxelles.  Ayant fondé le cours d’analyse de films La Toile filante (http://www.latoilefilante.be), il assure actuellement une série de formations à l’Université des Aînés (UCL), à la Médiathèque de l’ULB, à l’Ichec-Cultures, à l’Espace Delvaux, à l’Espace Senghor…  Il anime régulièrement des rencontres publiques avec des cinéastes (Agnès Varda, Bertrand Tavernier, Claude Lelouch, Fernando Arrabal, Tony Gatlif, Goran Markovic, Jonathan Nossiter, les frères Dardenne, Frédéric Sojcher…) et a obtenu en 2005 le Prix de la critique décerné par la Communauté française.

« Depuis vingt ans, mon expérience en tant que critique de cinéma et formateur à l’analyse de films m’a amené à penser que la qualité des films distribués en salles dépend étroitement des connaissances et des exigences du public. Aider à créer un public averti, cinéphile, ouvert à la diversité culturelle, est mon plus cher souhait. », Olivier Lecomte.

Adresse :
Médiathèque/PointCulture ULB XL
Campus ULB Solbosch – Bâtiment U
Av. Paul Héger
1000 Bruxelles (situé sur la Commune d’Ixelles)
Tél : 02/737 19 61 – Mail : ulb@lamediatheque.be

Cycle de 6 séances , de 18h30 à 20h30, les mercredis 2,9,16,23/10, et 6 et 13/11/2013
PAF : cycle entier 15
€, à la séance : 3€ (membres ou étudiants de l’ULB) ; 4€ (non membres)

Publicités

La folle échappée : Thématique de février-mars 2013 de la Médiathèque

5 Fév

De février à mars, la folie s’empare de la Médiathèque !

La
folle échappée est un travail d’approche de la folie, à travers des portraits de créateurs, des musiques, des films, des œuvres d’art exposées, des rencontres avec des professionnels. Une approche qu’il faut sans cesse entretenir, recommencer, questionner…
Pendant ces deux mois, de nombreux rendez-vous sur le sujet vont ponctuer le quotidien des médiathèques. De nombreux partenaires* se sont associés aux réflexions et interrogations, « La folle échappée », nom donné à cette thématique, débordera donc largement de nos murs.* le Club Théo, art)&(marges musée, le Madmusee, La Porte ouverte, Le Vecteur, la CINEMATEK, Psymages, Festimages.

En quelques clics

Agenda

CONFERENCE ANNULEE-CONFERENCIER MALADE John Coltrane : Conférence de Hugues Warin le mercredi 27 février à 18h30

1 Fév

Conférence dans le cadre du festival « Jazz in ULB » du 21 février au 7 mars 2013.

Organisé par la Médiathèque de l’ULB en partenariat avec ULB culture et le Conservatoire Royal de Bruxelles.

John Coltrane (1926-1967) : l’humilité et le don de soi poussés à leur paroxysme. Le parcours de ce maître fut une succession de recherches formelles, de gestes francs, de déferlantes et d’accès de fièvre qui menèrent son jeu encore très post-bop dans ses premiers essais, à cette intensité libératoire avec laquelle il ouvrit la voie au Free Jazz.

De ses débuts chez Miles Davis à sa rencontre avec la jeune génération survoltée de Pharoah Sanders et Alice Coltrane, il n’eut de cesse de pousser la musique hors de ses gonds. La communauté noire américaine avait trouvé son prophète.

Image

Hugues Warin est musicien par intermittence. Ses deux principaux groupes ont été Rawfrucht et Cheresse. Il a étudié le jazz sans jamais vraiment le pratiquer, s’intéresse davantage au potentiel de compréhension que les recoupements avec d’autres disciplines (littérature, cinéma, poésie, musiques en tous genre…) peuvent donner à cette musique. Il mêle l’approche analytique à la subjectivité pour donner à ses sujets une tournure qu’il aimerait créative.

Mercredi 27 février 2013 à 18h30CONFERENCE ANNULEE-CONFERENCIER MALADE Adresse :
La Médiathèque de l’ULB-XL
Campus ULB Solbosch – Bâtiment U
Av. Paul Héger
1000 Bruxelles (situé sur la Commune d’Ixelles)
Tél : 02/647.42.07 – Mail : ulb@lamediatheque.be
Accès gratuit, réservation souhaitée

Le 23 février, vernissage de l’exposition de Jean-Claude Salémi, qui sera agrémenté d’un concert-apéro à 12h avec Swing-O-Box

1 Fév

L’artiste nous présentera des linogravures musicales.

Image

Le groupe Swing-O-Box viendra animer le vernissage de l’exposition de Jean-Claude Salémi, dans le cadre du festival Jazz in ULB organisé par la Médiathèque de l’ULB, en partenariat avec ULB culture et le Conservatoire Royal de Bruxelles.

Image

Dans la boîte à swing de Swing O Box, on trouve accordéon, violon, contrebasse et deux guitares !

Le swing se déguste ici à tous les rythmes avec en plus une troublante pincée de Boléro, un zeste de Rumba et une bonne rasade de Valses.

Le tout à savourer dans des compositions originales!

Accordéon: Nicole Tinmar

Violon: Michèle Keukeleire

Contrebasse: Toni Palsterman

Guitares: Denis Martin & Jean-Claude Salemi

Samedi 23 février 2013 à 12h00

Adresse :
La Médiathèque de l’ULB-XL
Campus ULB Solbosch – Bâtiment U
Av. Paul Héger
1000 Bruxelles (situé sur la Commune d’Ixelles)
Tél : 02/647.42.07 – Mail : ulb@lamediatheque.be
Entrée Libre

Image

Jazz in ULB : Un partenariat de la Médiathèque ULB-XL avec ULB Culture et le Conservatoire Royal de Bruxelles

25 Jan

Image

Brouillard des signes. Rencontre avec Salvatore Immordino, mercredi 16 janvier à 18h30

13 Déc

La musique au temps des troubadours et des ménestrels

ImageLa musique médiévale se transmettait surtout oralement : les débuts de l’écriture musicale – les neumes- datent des environs de l’an 800.

Le troubadour Salvatore Immordino lèvera le voile sur cette période mal connue lors de son rendez-vous sur « le brouillard des signes »

Jean Nicolas rencontre Salvatore Immordino:

JN :Tu vas animer un rendez-vous sur une période musicale plutôt méconnue, mais pourtant riche et passionnante. La musique médiévale en passait par de profondes transformations et c’était aussi le temps des troubadours et des ménestrels. Comment apprenait-on la musique ?

SI : La musique médiévale était chantée, parfois accompagnée par des instruments. Il n’y avait pas vraiment de professeurs. On apprenait sur le tas, auprès d’un autre musicien ou au sein d’une troupe. Aujourd’hui, nous tentons de jouer comme ils le faisaient en nous appuyant sur des transcriptions et des fac-similés. Il y a une grande part d’interprétation et de reconstitution.

JN : D’où vient la musique médiévale ?

SI : En grande partie du philosophe Boèce (480 ap. J-C) qui a repris toute la théorie de la musique grecque, des philosophes de la période héllénistiques et de la période romaine. Il a fait une synthèse de tout ça et c’est devenu un point de référence incontournable au moyen-âge. Le principe n’était pas de trouver du plaisir, mais plutôt de s’inscrire dans une logique pédagogique, édifiante pour l’esprit.

JN : Comment est-on passé d’une transmission orale à l’écriture musicale ?

SI : Difficile à dire avec certitude. Quand les moines devaient chanter, ils s’éloignaient facilement de la théorie. C’est vers les années 800 que nous retrouvons les premières notations musicales, les neumes. Ce sont des signes inventés pour indiquer graphiquement l’évolution de la mélodie. Il y avait des familles de neumes qui circulaient de monastères en monastères, mais chacun écrivait à sa manière ! Les règles universelles sont apparues progressivement. C’était une période magique ! C’est elle que nous allons aborder dans ces rendez-vous sur le brouillard des signes… en compagnie des troubadours !

Mercredi 16/01/2013 à 18h30

Adresse :
La Médiathèque de l’ULB-XL
Campus ULB Solbosch – Bâtiment U
Av. Paul Héger
1000 Bruxelles (situé sur la Commune d’Ixelles)
Tél : 02/647.42.07 – Mail : ulb@lamediatheque.be

Accès gratuit, réservation souhaitée

Apocalypse Now, les brumes de la guerre

11 Déc

flyerFrancis Ford Coppola a failli perdre sa fortune et sa carrière dans le tournage d’Apocalypse Now! Mais le film était tout entier à l’image de la guerre du Viet-Nâm : fer, feu, sang, folie et brouillard. Les quatre premières propositions sont devenues des évidences. Mais vous seriez surpris de constater à quel point le brouillard est omniprésent dans le film et à quel point il se révèle précieux pour comprendre la genèse du film et de cette guerre qu’il entend mettre en lumière. Pour une fois, le brouillard agit comme un révélateur. Il nous dispense de l’image héroïque et pure du soldat pour nous le restituer dans sa cruelle réalité.

Un rendez-vous présenté par Jean Nicolas et Stanis Starzinski, dans le cadre de la thématique « Brouillard »

Mercredi 23 janvier 2013 à 18h30
Adresse :
La Médiathèque de l’ULB-XL
Campus ULB Solbosch – Bâtiment U
Av. Paul Héger
1000 Bruxelles (situé sur la Commune d’Ixelles)
Tél : 02/647.42.07 – Mail : ulb@lamediatheque.be
Accès gratuit, réservation souhaitée

 

%d blogueurs aiment cette page :