Tag Archives: Carla

GREEN APOCALYPSE (Yom et Wang Li)

4 Juin

Image

(Réf : MN8942)

D’une rencontre insolite entre deux virtuoses de tradition très éloignée, l’un chinois, Wang Li, à la flute à calebasse et guimbarde, l’autre klezmer , Yom, à la clarinette, naît un projet commun , déjà évoqué par la pochette, d’une vision au premier abord apocalyptique mais ensuite optimiste : image d’ une ville détruite par l’homme, mais où les végétaux renaissent progressivement . Vision obsessionnelle, tantôt shamanique (souffle inquiétant à la guimbarde dans « Underground Storm »), tantôt répétitive à la manière d’un Philip Glass dans « Electricity ». La nature reprend sa place, exprimée de manière très poétique et sensible dans « Flower Diary » au son parfaitement maîtrisé de la flute à calebasse, ou dans « The Dream of the Tree », à la clarinette, ici au son proche d’un duduk (clarinette arménienne).

Véritable bravoure de ces deux musiciens, de parvenir à évoquer des univers si contrastants, des palettes sonores si larges, qui remplissent l’espace à la manière de tout un orchestre. Epoustouflant.

Carla Vandreecken

Publicités

30 avril 2013 – Journée Internationale du Jazz !

26 Avr

Image

L’Unesco a proclamé le 30 avril JOURNÉE INTERNATIONALE DU JAZZ, afin de reconnaître le jazz comme un langage universel de liberté et de créativité.
La médiathèque ULB XL fêtera cette journée par une diffusion non-stop de jazz.

 Image

Programmation musicale du jour, en suivant l’histoire du jazz :

11h-11h30 : Ragtime (jusque 1910 environ)

11h30-12h30 : New-Orleans et Dixieland (jusque 1930 environ)

12h30-13h30 : Swing (1930-1940…)

13h30-14h30 : Bebop (1940-1950…)

14h30-15h30 : Cool (1950-1955…)

15h30-16h30 : Hard Bop (1955-1960)

16h30-17h30 : Free-Fusion-World jazz-Jazz ECM,… (jusque 1990…)

17h30-18h30 : Acid jazz, trip-hop jazz,…

Les périodes sont schématiques, la plupart des styles sont pratiqués encore actuellement, et se renouvellent sans cesse…

Image

Jazz, Jazz, Jazz… Le top 2012 de Carla!

18 Jan

Image

 Wolfert BREDERODE Quartet, Meander (réf :UB7338) Musique construite, lyrique et pointilliste, d’une grande précision, sur le label ECM. Alliance entre rigueur intellectuelle et musique aérienne, qui coule de source. Magnifique résultat!

Image

Fred HERSCH, ALONE AT THE VANGUARD, In the wee small hours of the morning (réf : UH5503) Ce morceau qui ouvre l’album est tellement raffiné et teinté d’impressionnisme, qu’on croirait entendre Debussy. Fred Hersch fait preuve dans cet album d’un raffinement extrême, d’intériorité…

Image

Vijay IYER, PANOPTIC MODES, History is alive (réf : UI9848) Belle interaction entre pianiste et percussionniste omniprésent, dans une sorte d’ostinato qui soutient le pianiste. Il y a dans les compos d’Iyer une énergie constante que vient appuyer son compère saxophoniste Mahantappa. Cet album reflète les racines indiennes de ces deux musiciens, et une grande complexité rythmique dans une improvisation structurée.

Image

Anders JORMIN, AD LUCEM, Lux (réf : UJ9392) Tradition suédoise, 2 chanteuses en symbiose totale, instrumentation très sobre, totalement au service des voix. Jormin fait chanter sa contrebasse comme on a rarement l’occasion d’entendre. Dans Caerulus, basse très chantante et très beau solo de sax, suivi d’un très beau morceau instrumental uniquement.

Image

Brad MEHLDAU Trio,  WHERE DO YOU START (réf : UM4239) Même quand il s’attaque uniquement aux  « covers », comme sur cette compil où il reprend notamment le célèbre « Hey Joe », Brad Mehldau s’approprie les morceaux qu’il interprète, les personnalise, avec sa façon bien à lui de passer imperceptiblement la mélodie d’une main à l’autre, créant ainsi une atmosphère aérienne. Avec son trio, il parvient à allier subtilement l’art du trio jazz avec l’harmonie classique raffinée de la fin du 19è siècle français et celle de chanteurs folk, pop et rock, comme les Beach Boys et Jimmy Hendrickx, mais aussi Nick Drake et Sufjan Stevens.

Image

Giovanni MIRABASSI, ADELANTE !, Le Déserteur (réf : UM6170) De ce bouquet de chants de révolte du monde entier, il faut écouter « Le Déserteur », dont il nous rend ici une très belle interprétation, digne du titre de Boris Vian, c’est une petite perle.

Image

PORTICO QUARTET, PORTICO QUARTET, Steepless [feat. Cornelia] (réf : UP7671) Comment résister à cette petite voix légèrement granuleuse, venue du Nord, dans une composition très sobre. La voix de Cornelia est d’abord accompagnée uniquement de percussion, l’orchestration électro s’élargit ensuite, augmente en intensité, pour retomber aussitôt en quelque chose de minimaliste. Beaucoup de recherche sonore dans cet album, notamment grâce au « hang », instrument de percussion suisse encore peu répandu, sorte de couvercle métallique en forme de cloche, à sonorité très recherchée. Ce groupe anglais, qui en est à son troisième album, n’a pas fini de faire parler de lui.

Image

Trygve SEIM & Andreas UTNEM, PURCOR, Kyrie (réf : US2487) Norvégien, Trygve Seim n’a pas échappé à l’influence de Garbarek. Le piano est en fusion totale avec le saxophoniste, dans une sonorité feutrée, sans heurt, idéal pour se réveiller doucement et progressivement le matin. C’est une musique méditative, évoluant en nappes sonores.

Image

Gwilym SIMCOCK / GARLAND / SIRKIS, Lighthouse (réf : US4510) Ce trio sans basse remplit l’espace de façon spectaculaire, presqu’à la manière d’un groupe « fusion ». Le rôle de la basse est partagé très efficacement entre le pianiste et le percussionniste. La présence du « hang »renforce la sonorité particulière du trio, ajoutant une couleur exotique. Les trois musiciens donnent ici un résultat d’une cohésion exceptionnelle, malgré leurs très fortes personnalités réciproques.

Image

Kenny WERNER, NEW YORK LOVE SONGS, Ground zero (réf : UW4277) Rêveries citadines « post 11 septembre » empreintes de nostalgie, élégantes et expressives.  Le titre « Ground Zero » fait penser au prélude de Debussy « La cathédrale engloutie », par ces accords en parallèles, typiques. L’album entier se laisse entendre sans effort, mais mérite d’être écouté attentivement. Chaque note, chaque accord est choisi scrupuleusement : dans la lenteur, on ne peut se permettre le bavardage, on ne joue que l’essentiel, la note juste.

 

Carla

%d blogueurs aiment cette page :